Aider son enfant à mémoriser les mots d’une dictée

Au bout de quelques mois en 1ère primaire, certains enfants passent déjà par l’épreuve de la dictée. Et ça va les suivre pendant quelques années…

Le principe: retenir des mots par coeur, de façon globale, mais non sans les analyser. Des compétences mixtes (analytiques et globales) sont donc déjà requises.

Comment aider vos enfants à utiliser leurs compétences fraîchement acquises et encore instables de façon efficace et durable?

En utilisant différentes façons de mémoriser, différentes stratégies.
Certains enfants auront plus de facilités avec leur mémoire auditive, d’autres avec leur mémoire visuelle, d’autres auront besoin de bouger pour retenir les mots…

L’idée est que si chaque enfant a une mémoire de prédilection (visuelle, auditive, kinesthésique, …) TOUTES les stratégies de mémorisations peuvent être utiles pour soutenir, comme des béquilles, la mémoire de prédilection. Et là, 30 ans plus tard, je me souviens que mes parents me disaient  « Par la porte ou par la fenêtre, mais ils vont rentrer, tes mots! »

Voilà donc PetitLoulou qui revient avec 5 mots à connaître.

Pour demain. #zen

Nous aurons tendance à lui dire de recopier chaque mot plusieurs fois et hop emballez c’est pesé. Bah non. Bien essayé mais c’est relativement rare que ça fonctionne aussi bien. Et souvent, c’est oublié le lendemain. Qui n’a jamais dit « Mais enfiiiiiiin tu les savais touuuuuuus hieeeeeer! »

D’autres solutions, plus ludiques:

La mémoire auditive.

– On va chanter les mots, les lettres… « Et dans le mot chaaaaaat il y a une lettre que je n’entends paaaaaas et cette lettre c’est… et cette lettre c’est… c’est le Tééééé » (tralalalaaaa) Ce qui est top, c’est qu’on peut chantonner tout en préparant le souper, en supervisant le bain…
– On va jouer aux énigmes façon « Questions pour un Champion » : « Je suis un mot de 4 lettres avec une lettre muette…. -pas de réponses? on continue – je contiens un A…… – pas de réponse? on continue- ma lettre muette est un T…. » etc. etc. jusqu’à ce que la réponse soit donnée (et puis logiquement, quand on repose l’énigme plus tard, la réponse est censée arriver un peu plus vite). Ca demande un peu de préparation si on a vraiment envie de se la jouer Julien Lepers, avec des fiches etc. La logopède que je suis aurait tendance à bidouiller un buzzer et mettre des points en fonction du nombre d’énigmes qu’il restait à annoncer…  Et si on ne prépare pas de fiche à l’avance, ça demande un peu d’habitude pour improviser les énigmes. Mais ça vient vite.

La mémoire visuelle

– Technique assez scolaire, on va dire à PetitLoulou de regarder ses mots et de souligner dans chaque mot ce qui lui semble compliqué. Pour vous ce sera peut-être la lettre muette, mais pour lui, non. Peut-être que lui, c’est le H (on est toujours dans « chat ») qui lui semble compliqué dans le mot, et peut-être que tout ce mot va s’articuler autour de la lettre H et que s’il retient qu’autour du H, il y a un C et un A et puis une lettre muette, ça fait « chat » et finalement ce n’est pas si compliqué. Donc c’est lui qui choisit ce qu’il trouve difficile dans les mots.
– Autre technique : le jeu MOV. on s’arme d’un dé et d’une étiquette pour chaque mot. L’idée est qu’après avoir observé l’étiquette d’un mot, on lance le dé et pour chaque face du dé, on trouve une question. Par exemple, si on tombe sur le 3, il faut dire combien de lettres compte le mot. Si on tombe sur le 5, il faut dire s’il y avait un A dans le mot…. adaptez vos questions au niveau de PetitLoulou. Des idées de questions: combien de lettres, combien de voyelles, combien de consonnes, y a t’il une lettre muette, y at’il un A, y a t’il un E, y a t’il un I (un O, un U….), épeler à l’endroit, épeler à l’envers (brrrrrr)….
On peut rendre le jeu encore plus ludique en utilisant un plateau avec des cases, et si on répond bien, on peut avancer du nombre de cases indiqué par le dé. Sinon on recommence à mémoriser.
Avec des lettres mobiles: remettre les lettres dans l’ordre. On lui donne les bonnes lettres et il doit les remettre dans l’ordre, ou on est un peu vicieux et on lui en donne une en trop (haha). Non, en vrai, on ne lui en donne une en trop que s’il est déjà drillé aux dictées depuis quelques semaines et jamais sans le prévenir qu’il y a un piège.
– Montrer une étiquette-mot pendant une ou deux secondes et, une fois cachée, demander à PetitLoulou quel était le mot. On en profite pour activer la mémoire de travail, ça peut toujours servir.

La mémoire kinesthésique

Les personnes pour qui la stratégie de prédilection est kinesthésique ont besoin de bouger pour retenir. Bricoler, cuisiner, sauter, vivre les apprentissages avec leur corps.
-On va pouvoir proposer à PetitLoulou de sauter autant de fois qu’il y a de lettres,
-de construire les lettres en plasticine (est-ce utile de dire que la plasticine ne fonctionne plus quand ils passent à 15 mots par semaine?),
– de travailler verticalement (un tableau magnétique, des lettres mobiles ou une craie…).
– Toujours avec les lettres mobiles, les mettre dans un sachet en tissu et lui dire de toucher les lettres sans les voir. Une fois qu’il a reconnu une lettre, la sortir du sachet, si c’est la bonne lettre, on la garde sur la table, sinon elle retourne dans le sachet. Quand toutes les lettres ont été découvertes, il n’y a plus qu’à les remettre dans le bon ordre.
– Se positionner à un endroit de la maison et écrire l’un des mot sur une étiquette. Un autre endroit pour un autre mot, etc. « Mais si, souviens-toi c’est celui que tu as écrit quand tu étais sous la table… »

Bonne résolution pour cette année scolaire, on arrête de les empêcher de bouger pendant les devoirs. On cadre (on vend des coussins d’eau qui permettent de gesticuler sur la chaise, on peut aussi mettre un grand bac rempli d’éléments à mettre sous les pieds, les pieds gesticulent et le cerveau apprend…), on trouve des solutions ludiques… Cette année, on les laisse apprendre avec le corps.

D’autres idées?

Bon amusement, les parents 😉

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer