Jouer avec les syllabes à l’écrit, sans écrire!

Petite découverte qui va rejoindre la grande famille des jeux de syllabes dans mon armoire.

Top Dogs est un jeu de métaphonologie et de rapidité. Des cartes représentent des chiens et leur nom en deux syllabes. Le but est d’annoncer le plus rapidement possible un nouveau mot, qui est la fusion entre deux syllabes, en fonction de la consigne notée sur les cartes (la première d’une carte et la deuxième de l’autre par exemple). Une aide colorée permet de séparer les deux syllabes du nom. Celles-ci sont d’une difficulté modérée. On y retrouve le Y, les sons IN et AN, des digraphes et des trigraphes. Le joueur le plus rapide gagne le pli.

Dans l’exemple ci-dessus, il faut prendre la 1er syllabe de Lucy et la 2ème de Kevin, ça donne Luvin.

Une consigne supplémentaire vient compliquer le jeu : si deux cartes forment le nom d’origine de l’un des chiens, le pli est gardé en jeu, deux nouvelles cartes sont placées faces cachées sur le pli, puis encore une fois deux nouvelles cartes (faces visibles) par dessus, comme à bataille. Le gagnant remporte les 3 plis.

Lecture, métaphonologie, rapidité. Plein de bonnes choses!

Petit hic néanmoins, je suis vachement plus rapide en métaphono qu’un enfant qui présente des difficultés de lecture. Du coup le jeu perd de son intérêt, j’ai du mal à feindre l’amusement quand je m’ennuie ou quand je fais semblant ^^  Hé, j’ai pas fait logo pour m’ennuyer hein!

En l’état, il est très chouette pour deux enfants d’un niveau relativement similaire. Il sera même super drôle et le côté “bataille” fera plaisir aux petits compétiteurs… Mais il ne faudra pas compter sur un adulte pour s’amuser comme un foufou avec ce jeu.

Bon alors on fait quoi? On l’adapte, bien sûr! On a des cartes super jolies, des syllabes, des chiens rigolos. C’est laaaargement suffisant pour s’amuser!

Voici plusieurs idées qui permettront de travailler un objectif sur le langage écrit. Bien sûr, ce matériel est utilisable pour d’autres objectifs, cela fera d’ici peu l’objet d’une fiche-jeu.

  • Après avoir lu ensemble les prénoms des chiens et expliqué le principe de fusion des syllabes, on peut déposer des cartes un peu partout dans le bureau, ou dispersées/entassées sur le sol, et annoncer un prénom à reconstituer avec deux cartes. Ou trois cartes. Ou quatre cartes, soyons fous! Et là on se balade dans le bureau, on fouille dans le paquet à la recherche des cartes-cibles.
  • Toujours avec la fusion des syllabes, les deux joueurs ont un jeu identique (un chien de chaque nom) l’enfant choisit en secret deux cartes de son jeu (ou +), sans les déplacer (ça permet d’accentuer la représentation mentale), il annonce sa fusion, et c’est à nous de retrouver dans notre jeu les cartes qui ont permis cette fusion.
  • On peut tenter un quatro, on distribue toutes les cartes sélectionnées, on pioche chez l’autre et le but est d’avoir une famille de 4 chiens identiques. On trie évidemment les cartes en fonction des besoins – lecture de trigraphes, lecture de sons complexes, etc. Ca fait un bon drill pour la lecture de certains sons.
  • On peut suivre le principe du “Qui est-ce” et faire deviner l’un des chiens en basant les indices sur le nombre de lettres, la présence ou pas d’un son complexe, etc.
  • Pour associer mémoire et lecture, on challenge le petit chou à retrouver trois chiens nommés, puis quatre, puis cinq… (sur le principe du Simon, on garde les premiers identiques et on en ajoute un à chaque tour)

D’autres idées viendront à l’utilisation, amusez-vous bien les logos!

Et j’ai encoooore trouvé ce jeu chez Cotontige, à Ath, dis donc! C’est fou les trésors qu’on trouve là bas!