Concept Kids

Par Julie Braeye

Coopération et réflexion sont les maîtres-mots du jeu Concept kids animaux. Ce jeu convient aux enfants à partir de 4 ans mais il existe également en version adulte.

Avec ce jeu, votre enfant va être poussé à réfléchir, à visualiser l’animal figurant sur la carte ainsi qu’à vous transmettre les indices nécessaires pour vous faire deviner un animal.

L’objectif est de démasquer le plus d’animaux possible. Au total, 110 animaux sont à deviner ou à faire deviner et ils sont répartis en deux niveaux : les animaux courants (cartes à cadre bleu) et les animaux moins répandus (cartes à cadre rouge).

Le petit plus ? Le plateau de jeu est très coloré et attrayant pour les petits comme pour les grands !

Liste non exhaustive d’autres possibilités d’utilisation du jeu:

Langage oral-lexique

Jeu prévu par la règle du jeu de base :

  • Commencez la partie en sélectionnant maximum 12 cartes d’animaux courants ou moins répandus (selon les connaissances du patient). Ensuite, choisissez-en une sans la regarder. L’enfant doit tenter de vous faire découvrir l’animal en disposant les bagues sur les icônes caractéristiques de celui-ci. Par exemple, pour vous faire deviner le tigre, l’enfant peut répartir les bagues sur les icônes « viande », « rayures », « orange » et « forêt ». Si l’enfant a des difficultés à trouver des caractéristiques, vous pouvez lui poser des questions en demandant : « De quelle couleur est cet animal ? », « Est-il carnivore ou herbivore ? » ; « Où vit-il selon toi ? » « Est-ce que tu as déjà vu cet animal en vrai ? », etc.
    Ce jeu permet de travailler le lexique et d’aborder les différentes caractéristiques des animaux telles que les traits physiques, la couleur, l’habitat, le mode de déplacement, l’alimentation (carnivore ou herbivore ?), les traits de caractère (plutôt gentil ou méchant ?) ainsi que le comportement animal (diurne ou nocturne ?).
  • Vous pouvez trier au préalable les cartes en différentes catégories : les animaux champêtres, domestiques, exotiques, marins et polaires. Lorsque c’est fait, vous ne sélectionnez qu’une catégorie et vous pouvez demander à l’enfant les caractéristiques communes entre, par exemple, les cartes « animaux domestiques ». Cela permettra à l’enfant de développer une organisation catégorielle des animaux.

Langage oral-syntaxe

  • Chacun à votre tour, piochez une carte. Le but du jeu va être de la décrire le plus précisément possible. Petit à petit, l’objectif sera de construire des phrases de plus en plus complexes (sujet-verbe puis sujet-verbe-complément(s)).
  • Vous pouvez varier la consigne en demandant à l’enfant de construire des phrases qui contiennent des pronoms, des mots-outils et/ou des structures syntaxiques déterminées (telles que des phrases relatives, négatives, etc.).
  • L’enfant pioche deux cartes et il doit comparer les deux animaux. Cela lui permettra d’apprendre l’utilisation des comparatifs (plus que, moins que, autant que, aussi) et des superlatifs (le plus, le moins).
  • Disposez chacun à votre tour des bagues sur certaines icônes du plateau. Le but du jeu sera d’inventer l’histoire la plus drôle possible de manière collaborative.

Langage oral-phonologie

  • Sélectionnez au préalable les cartes qui contiennent le phonème (son) ciblé mais également des cartes « intrus ». Par exemple, si vous voulez travailler le phonème /ch/ dans des mots de différentes longueurs et dans plusieurs positions (au début, au milieu ou à la fin du mot), choisissez les cartes « chien », « chat », « cheval », « chimpanzé », « cochon », « cachalot », etc. mais également des intrus (girafe, poule, éléphant, …). Ensuite, une fois le tri réalisé, piochez une carte et posez des petites questions à l’enfant telles que : « peux-tu me dire si tu entends le son /ch/ dans « cheval » ? » « Dans le mot ‘’cachalot’’ est-ce que tu entends le son /ch/ plutôt au début, au milieu ou à la fin du mot ? ».
  • Vous pouvez également créer un parcours comme le jeu de l’Oie avec les cartes « cibles ». Ensuite, demandez à l’enfant de lancer un dé et de prononcer ce qu’il voit sur la carte sur laquelle il a dû s’arrêter. S’il ne prononce pas le mot tout à fait correctement, donnez-lui un feedback correctif sans lui dire ouvertement qu’il ne l’a pas bien prononcé. Par exemple, s’il prononce /ta/ pour « chat », dites-lui : « oui, c’est un cchhat » en insistant bien sur le phonème qui est difficile à prononcer pour lui et n’hésitez pas à lui montrer comment vous positionnez votre bouche et votre langue.

Métaphonologie

  • Si vous avez un plateau de jeu comme celui du jeu de l’Oie ou du jeu « Serpents et échelles » chez vous, c’est l’occasion de le ressortir ! Si vous n’en avez pas, vous pouvez utiliser celui du jeu Concept kids mais il faudra expliquer à votre enfant le sens du parcours et déterminer avec lui la case de départ et d’arrivée. La règle du jeu est facile à appréhender : vous sélectionnez une carte et l’enfant doit compter le nombre de syllabes (vous pouvez taper dans les mains pour l’aider). Le nombre de syllabes indique de combien de cases votre enfant peut avancer sur le plateau. Par exemple, s’il pioche la carte « éléphant », vous tapez dans les mains en disant : é/lé/phant. Il comprendra donc qu’il peut avancer son pion de 3 cases.
  • Sélectionnez au préalable des cartes qui contiennent deux syllabes puis réalisez deux boules de plasticine (si vous n’en avez pas, deux jouets/objets feront l’affaire) qui seront disposées devant l’enfant. Ce dernier devra choisir une carte et inverser les deux syllabes du nom de l’animal. Par exemple, s’il pioche la carte « cheval », il peut s’aider des deux boules de plasticine et se dire que la première est pour le « che » et la deuxième pour le « val » puis vous inversez les deux boules et il doit normalement vous répondre : « val-che ».
  • L’enfant peut également trier les cartes en fonction du phonème initial du nom de l’animal. Par exemple, tous les noms d’animaux qui commencent par le son /ch/ d’un côté et ceux qui commencent par le son /j/ de l’autre.

Lecture

Disposez quelques cartes du jeu Concept kids sur la table. Ensuite, sélectionnez-en une mentalement et écrivez la première lettre du nom de l’animal puis la deuxième et ainsi de suite jusqu’à ce qu’il trouve, en lisant, l’animal correspondant. Lorsqu’il pense avoir trouvé, il doit taper sur la bonne carte et imiter le cri de l’animal. Bien évidemment, si vous ne voulez pas vous contenter de la lecture de noms d’animaux, vous pouvez faire le même exercice en utilisant les icônes du plateau et en ciblant la catégorie qui vous intéresse (couleurs, habitats, …). L’enfant devra donc mettre une bague au bon endroit sur le plateau.

Orthographe-adressage

  • Disposez sur la table une dizaine de cartes et les autres serviront comme pioche. Ensuite, demandez à l’enfant de prendre la première carte de la pioche. Il devra retrouver, parmi les cartes posées sur la table, celle(s) qui ont la même particularité orthographique que la carte choisie. Par exemple, si l’enfant a pioché la carte « chat », la particularité orthographique est le graphème (la lettre) muet à la fin du mot donc l’enfant devra choisir une ou des cartes qui ont la même particularité telles que : « cerf », « rat », etc.
  • Dictée-fun : piochez une carte et demandez-lui :
  • quelle est la première et/ou la dernière lettre du nom de l’animal ?
  • d’écrire seulement les deux ou trois premières graphèmes (lettres)
  • d’écrire uniquement la deuxième ou la troisième syllabe
  • d’écrire chaque graphème dans une couleur différente (si votre enfant a plutôt une mémoire visuelle)
  • de tenter d’écrire les yeux fermés (cela permet à l’enfant de visualiser mentalement le mot et en plus, c’est ludique !)

Orthographe grammaticale

  • Vous pouvez travailler avec votre enfant l’accord au pluriel des noms d’animaux en sélectionnant une carte et en lui demandant : « comment écrirait-on ce mot s’il y en avait plusieurs sur la même carte ? ». Au début, il est important de trier et de ne prendre que les cartes qui suivent la règle générale « on rajoute un -S au pluriel ». Ensuite, lorsque votre enfant maîtrisera cette règle, vous pourrez rajouter les exceptions telles que les noms d’animaux qui se terminent par -al, -au, -ou, etc.
  • Si votre enfant a beaucoup d’imagination, n’hésitez pas à lui proposer de choisir plusieurs cartes et d’inventer une histoire à l’écrit. En fonction de l’objectif ciblé, il faudra être attentif à l’accord des noms communs, des verbes, des adjectifs, etc.

Fonctions exécutives

  • Si vous voulez travailler la mémorisation, vous pouvez proposer à votre enfant de regarder attentivement les cartes sélectionnées et disposées sur la table durant quelques secondes. Ensuite, il devra fermer les yeux pendant que vous échangiez une carte. S’il trouve l’animal « intrus », il gagne un point et s’il se trompe de carte, il a un gage.
  • Vous pouvez réaliser la même activité en enlevant une carte sans la remplacer et il devra retrouver celle qui a disparu.

Graphisme

Disposez chacun à votre tour des bagues sur certaines icônes du plateau. Le but du jeu sera d’inventer, en collaboration, l’animal le plus affreux ou drôle (au choix !). Ensuite, l’enfant devra dessiner sur une feuille ce nouvel animal créé. Il pourra ainsi laisser libre court à son imagination !

Compréhension orale

On peut aussi inverser les rôles de la règle du jeu de base : c’est maintenant à vous de faire deviner des animaux à l’enfant. Dès que l’enfant entend une des caractéristiques de l’animal, il doit disposer la bague sur l’icône appropriée.